L'histoire de Bvlgari

Rédacteur: Olivier Müller
Date: 27.05.19


Elle est fondée en 1884, au même moment que la plupart des maisons de Haute Horlogerie. Sauf que Bulgari n’est pas encore une manufacture horlogère et n’est pas suisse : Bulgari est une maison joaillière italienne fondée par un orfèvre grec ! C’est cette association unique de cultures, de styles et nations qui fonde l’identité Bulgari, riche et colorée. 

Sotirius Bulgari
Sotirius Bulgari

Pourtant, aujourd’hui, les collectionneurs horlogers n’ont d’yeux que pour une pièce bien précise qui a révolutionné l’image de la marque comme de l’horlogerie : l’Octo Finissimo. Une forme puissante à huit côtés, un boîtier masculin ou féminin, de multiples complications : l’Octo Finissimo est la pierre angulaire sur laquelle Bulgari a posé son empreinte horlogère. Elle repose intégralement sur la transformation de Bulgari en une manufacture horlogère totalement intégrée et indépendante, sise à Neuchâtel et donc dépositaire du fameux « Swiss Made » prisé des collectionneurs. 

Avec ce nouvel outil, celle qui est devenue « la manufacture suisse Bulgari », baignée d’un ADN italien, va redonner un coup d’éclat déterminant à sa collection historique, l’Octo. C’est en propulsant sa création originale dans l’univers de l’extraplat (« finissimo » en italien) que Bulgari a non seulement dépoussiéré le genre mais a, par la même occasion, dessiné une véritable icône. Autour d’elle gravite aujourd’hui toute l’horlogerie Bulgari. 



Bvlgari Octo Finissimo Automatique, 18-carat or rose

Effet wow

La pièce est auréolée de nombreux prix et records du monde acquis en un temps record : cinq records en cinq ans, notamment pour le mouvement, le tourbillon et le chronographe les plus fins, complétés d’un prix au Grand Prix de l’Horlogerie de Genève. L’Octo Finissimo n’est pas encore une légende mais elle est déjà une icône. Guido Terreni, Directeur de l’Horlogerie Bulgari, précise sa puissance: « Je dis toujours que l’esthétique peut susciter trois réactions : « J’aime », « J’aime pas » et « Wow ! ». La Serpenti est celle qui procure le sentiment « wow ! ». La Finissimo en est le pendant masculin avec son allure surprenante qui sort des sentiers battus ». 


Une affaire de famille

Le destin hors norme de cette collection résulte d’une longue destinée familiale et indépendante. Sotirio Bulgari, père fondateur de la maison, s’est forgé une solide réputation avec ses ornements en argent, captant à Rome l’attention d’une large clientèle cosmopolite qui s’y trouvait en visite. C’est ainsi, avant même que le concept n’existe, que Sotirio Bulgari s’est constitué une large clientèle d’amis de la marque qui sont devenus ses meilleurs ambassadeurs, par-delà les frontières transalpines. 

La naissance de la Serpenti

Très rapidement, les enfants de la lignée Bulgari, Giorgio et Constantino, rejoignent leur père. A la différence de ce dernier, ils sont nativement empreints du style d’une Italie où ils sont nés – un style fait de couleurs, de pierres et d’éclats. En deux mots, un style joaillier qui vient habiller, voire sertir, le style premier de leur père, essentiellement orfèvre. De prime abord classique dans les années 20, la griffe joaillière Bulgari s’affirme dans les années 40 avec l’exubérance qu’on lui connaît toujours. C’est également à cette époque que naît la véritable première icône de la maison : Serpenti. 



L’âge de la Dolce Vita et la première montre masculine

L’arrivée de la Dolce Vita, dans les années 60, va considérablement accélérer le développement de la maison. Les premiers voyages transatlantiques naissent. Le cinéma représente un vecteur de transmission culturelle de premier plan. Et le cinéma italien est précisément à l’avant-garde du septième art. La maison incarne un chic éclatant, porte haut les couleurs d’une Italie qu’elle exporte partout en Europe et même aux Etats-Unis. La troisième génération de la famille Bulgari ira se positionner au Moyen-Orient et ouvrir les influences de la maison au Pop Art, renforçant les contrastes chromatiques chers à Bulgari. C’est aussi durant cette décennie que la maison s’ouvre un nouvel horizon : l’horlogerie. La première montre de la marque s’appelle tout simplement « Bulgari Bulgari ». Elle est toujours au catalogue !

Dès lors, Bulgari poursuivra avec la même intensité ses deux voies créatives, Haute Joaillerie et Haute Horlogerie. La Bulgari Bulgari a ouvert le champ, la montre Serpenti la suit de près. La Lucea réinterprète l’horlogerie classique, ronde, quand la tendance masculine défriche de nouveaux horizons. L’Octo va profondément marquer l’horlogerie masculine Bulgari. L’association avec le designer Gérald Genta lui apportera des modèles disruptifs et un esprit frondeur. Ils l’animent encore aujourd’hui : l’Octo Finissimo en est le plus bel éclat.